Intestin irritable et intolérance au lactose

La maladie du syndrome de l’intestin irritable est peu connue au niveau des mécanismes de fonctionnement et donc les traitements proposés sont peu spécifiques. Une des recommandations proposées est la réduction voir la suppression des aliments contenant du lactose. Ici, les auteurs se sont intéressés aux preuves existantes dans la littérature scientifique qui pourraient appuyer cette recommandation. Le lien vers la revue est : ici .

Information 1

Les intolérances alimentaires sont beaucoup plus difficiles à diagnostiquer que les allergies alimentaires car les symptômes évoqués sont évalués subjectivement. De plus, parfois les symptômes peuvent s’expliquer par un mécanisme autre que l’intolérance alimentaire (par exemple, une distension intestinale après avoir trop mangé ou des ballonnements en raison d’une surconsommation d’aliments produisant du gaz). Il est difficile donc d’adapter les conseils diététiques.

Information 2

Le lactose se trouve dans le lait des mammifères et est digéré par une enzyme : la lactase, dans l’intestin grêle. Dans le monde, il est estimé que 70% de la population manque de cette lactase mais la majorité des personnes étudiées ne présentent aucun symptôme et leur consommation quotidienne de lait et de produits laitiers n’est pas affectée. Dans la littérature on trouve qu’il est difficile de différencier le syndrome de l’intestin irritable de l’intolérance au lactose.

Information 3

Les études examinées dans cette revue ne montrent aucun lien clair entre le syndrome de l’intestin irritable et l’intolérance au lactose. Les études remarquent que la supplémentation en lactase n’a pas été un traitement efficace pour soulager les symptômes et elles laissent penser que l’hypersensibilité viscérale ou la production excessive de molécules nocives (par des bactéries intestinales par exemple) est plus susceptible d’expliquer les soucis digestifs liés à cette maladie.

Information 4

Il serait intéressant de proposer la réalisation d’un test respiratoire à l’hydrogène (pour détecter l’intolérance au lactose) chez les personnes qui viennent d’être diagnostiquées du syndrome de l’intestin irritable, afin de soutenir ou pas une diminution de la consommation de lactose. Toute fois la perturbation du microbiote que l’on observe dans cette maladie pourrait fausser ces tests d’intolérance au lactose en induisant de « faux positifs » : c’est à dire des personnes intolérantes alors qu’elles ne le sont pas.

Information 5

A l’avenir il serait intéressant de faire une étude comparant un régime sans lactose à un régime sans produits laitiers pour éventuellement déterminer s’il existe une substance autre que le lactose qui se trouve dans le lait, et qui peut être un déclencheur commun des plaintes relevées dans le syndrome de l’intestin irritable.

Pour mieux comprendre

Je t’explique juste ce qu’est l’hypersensibilité viscérale. C’est le fait d’avoir les organes du ventre plus sensibles à la douleur. Ainsi, des sensations normales (comme par exemple : le passage des aliments dans l’intestin) qui ne sont normalement pas du tout senties chez une personne non malade, deviennent douloureuses chez une personne avec un syndrome de l’intestin irritable. Il serait probable que nombreux maux de ventre et sensations de gonflement soient liées en partie à ce phénomène plus qu’à des intolérances.

J’espère que cet article t’a plu, n’hésite pas à partager tes impressions, tes expériences et à poser tes questions si tu en as 🙂